Projection “Inch’allah peut-être”

Projections

  • Samedi 4 mai à 18 heures, au théâtre Al-Kasaba, à Ramallah

Synopsis

Partir ou rester ? Diaa, Farah, Hamza, Asmahan, Dana et Lourd, doivent décider. Palestiniens, ils se sont rencontrés en licence de français à l’université de Ramallah et forment un groupe soudé. Qu’ils soient féministes, conservateurs, timides ou exubérants, ils s’apprêtent à prendre des chemins différents. Certains vont partir étudier en France, d’autres vont rester en Palestine.

Grâce à leurs smartphones, ils vont partager rires et galères du jour en effaçant les frontières qui les séparent. Entre la remise des diplômes, les soirées à l’abri des regards et les premiers boulots, ils se racontent avec autodérision et sans tabou pour dévoiler une Palestine intime, loin des idées reçues.

De la Palestine à la France, la série Inch’allah peut-être les suit au quotidien. Elle raconte leurs questionnements, ceux d’une jeunesse finalement comme les autres.

Sophie Vernet – Réalisatrice

A 33 ans, Sophie a déjà passé 10 ans derrière la caméra comme reporter.

Formée à l’Ecole de Journalisme de Tours, elle a pris une caméra le jour où un professeur et Journaliste Reporter d’Images lui a dit : « Pour raconter une histoire, filme avec les oreilles. » Elle pensait faire de la radio, la voilà embarquée dans le monde de l’image.

Dès ses débuts, elle exerce son œil sur tous les terrains : les Etats-Unis pour suivre la campagne de Barack Obama avec le bureau de France 2 de New York ; l’Argentine pour un magazine sur la radio thérapeutique d’un hôpital psychiatrique, reportage pour lequel elle a obtenu une bourse de réalisation. Mais c’est en Méditerranée que Sophie trouve l’inspiration. Elle y puise la matière d’Al Kasaba – théâtre de la liberté, premier documentaire tourné en Cisjordanie et diffusé à l’Institut du Monde Arabe en partenariat avec France Culture. Un premier coup de foudre avec la lumière et l’intensité de l’Orient.