Nuit des idées « Rome et Jérusalem, entre ciel et terre »

For the English version, please click here

L’Institut français de Jérusalem et l’Institut français Centre Saint Louis sont très heureux de vous convier à la Nuit des Idées 2021, rendez-vous annuel consacré à la libre circulation des idées et des savoirs. Nous aurons le plaisir de nous retrouver en direct sur nos réseaux sociaux  afin de discuter de la thématique « Rome et Jérusalem, entre ciel et terre».
Rendez-vous jeudi 28 janvier 2021 à 19h30 (Jérusalem), 18h30 (Rome et Paris) pour une expérience numérique unique à vivre depuis chez vous !
Suivez notre Nuit des idées en direct sur nos réseaux en cliquant ici

La Nuit des idées

Célébrer la circulation des idées entre les pays et les cultures, les disciplines et les générations : chaque année, la Nuit des idées est une invitation à découvrir l’actualité des savoirs, à écouter celles et ceux qui font avancer les idées dans tus les domaines, à échanger sur les grands enjeux de notre temps. Parce que la pensée traverse les frontières, toutes les formes sont bienvenues (conférence, théâtre, performance, projections, concerts…) et les lieux les plus prestigieux comme les plus inattendus sont conviés à se joindre à la fête, en proposant leur interprétation originale du thème proposé. Au fil des fuseaux horaires, les échos de la Nuit des idées se répercutent via les réseaux sociaux, faisant de la Nuit des idées un événements global.

La prochaine édition de la Nuit des idées aura lieu le 28 janvier 2021, dernier jeudi du mois de janvier, simultanément en France et dans le monde, autour du thème « Proches ».

PROCHES « Rome et Jérusalem, entre ciel et terre »

18H30 (heure de Rome) / 19h30 (heure de Jérusalem)
Débat inaugural : Vivre ensemble dans un monde déboussolé
19h30 (heure de Rome) / 20h30 (heure de Jérusalem)
1ère conversation : la rencontre
Paroles à des acteurs de terrain : comment la rencontre interculturelle transcende le fait religieux
20h30 (heure de Rome) / 21h30 (heure de Jérusalem)
2ème conversation : l’ouverture
La tradition à l’épreuve de la modernité : dialogue à travers des initiatives d’ouverture intellectuelle des religions

Villes-symboles. Villes-carrefours. Villes entre ciel et terre. Villes saintes traversées depuis leur fondation d’histoires bien humaines, de pesanteurs et d’intrigues. Villes-patrimoine dont les pierres, les édifices, les palais et les basiliques témoignent de l’espérance séculaire des pèlerins de toutes croyances. Villes de réconciliations promises et toujours fragiles. Villes de conversations et de controverses… Rome et Jérusalem.

Ces deux villes à vocation universelle continuent à penser les défis de notre temps : finalement la sainteté ne consiste pas à tout résoudre magiquement mais à se confronter, dans toutes ses difficultés, aux limites de notre humanité commune. Cette Nuit des idées tentera de réfléchir sur nos grandes interrogations actuelles, la peur de l’autre, les difficultés du dialogue, la transmission, les facilités ou les pièges du numérique dans les contextes respectifs et très spécifiques de Rome et de Jérusalem.

Que ce soit au Vatican ou à Jérusalem, des expériences inédites menées depuis longtemps prennent un relief particulier dans le contexte actuel, que ce soit dans le domaine de l’éducation, du dialogue interculturel et interreligieux, de la médiation de conflits, de la préservation du patrimoine ou de la révolution numérique. Ces expériences se risquent concrètement à affronter les lourdes interrogations que creuse la pandémie actuelle : comment rester proches alors que tout incite à la distance et, partant, à la défiance ? Comment maintenir le dialogue entre les cultures et les religions ?  Comment éduquer à la justice et à la paix dans des écoles où les différences religieuses et culturelles sont exacerbées par les conflits ? Comment inventer la transmission des traditions, du cultuel, du liturgique à l’heure du numérique ?

Débat inaugural
Vivre ensemble dans un monde déboussolé
18H30 (heure de Rome) / 19h30 (heure de Jérusalem)

Nous observions depuis quelque temps déjà le grand désordre d’un monde pris dans le tourbillon des vents contraires nés de la mondialisation : liberté et sécurité, compétition et coopération, innovation et conservation, exclusion et intégration. La crise globale dans laquelle l’humanité est plongée à présent rappelle que c’est la conscience anticipée d’un destin commun qui pourra unir la communauté mondiale en formation.

Face à ce constat, Mireille Delmas Marty, juriste renommée et professeur émérite au Collège de France, dégage une boussole inhabituelle où se rencontrent des principes régulateurs (fraternité, hospitalité, égale dignité, solidarité, responsabilité) et confronte au récit de l’effondrement celui de la mondialité, communauté de destin unie et solidaire dans sa pluralité. Jérôme Clément, l’un des témoins et acteurs privilégiés de la construction de la politique culturelle en France, témoigne du rôle essentiel de la culture dans nos modèles de société.

Modération : Patrick Valdrini, Professeur Emérite de l’Université pontificale du Latran
Intervenants :

Mireille Delmas-Marty, Professeure émérite au Collège de France, Présidente d’honneur de l’Observatoire Pharos

Jérôme Clément, écrivain, fondateur de ARTE, ancien Président de la Fondation Alliance française

Vidéo : « Rome, la Jérusalem d’Occident »

 

1ère conversation : la rencontre

Paroles à des acteurs de terrain : comment la rencontre interculturelle transcende le fait religieux
19h30 (heure de Rome) / 20h30 (heure de Jérusalem)

La pandémie qui nous empêche de nous voir physiquement et qui raréfie nos contacts n’est finalement qu’une circonstance dans un mouvement de fond. Elle nous aide à prendre conscience que la rencontre n’est pas une évidence et que les fossés se creusent toujours entre des opinions ou des croyances toujours plus tranchées et plus radicales. Comment Rome et Jérusalem, villes qui se veulent universelles, conçoivent-elles la rencontre entre les cultures, les croyances et les traditions ? C’est dans ces lieux que la nécessité du dialogue prend tout son sens. Les acteurs de terrain sont au cœur de l’expérimentation de la rencontre, notamment dans le secteur éducatif où le maintien du dialogue entre les croyances et les religions est un défi nécessaire mais où il est possible quand la neutralité religieuse est posée en principe. Si, chacun dans leur religion, les élèves reçoivent sur place un enseignement religieux, chacun selon sa foi, la rencontre naît de plusieurs façons, sur la base d’un projet commun d’éducation qui s’adresse à tous.

Modération: Marie-Armelle Beaulieu, rédactrice en chef de Terre sainte magazine
Intervenants :

Daniel Sidès, enseignant d’histoire au lycée français de Jérusalem ;

Raeda Al-Shouaiby, coordinatrice de l’enseignement de langue arabe, enseignante de religion de l’Ecole Saint-Joseph de l’Apparition (Ramallah) ;

Charles Personnaz, directeur de l’Institut national du patrimoine (Paris), auteur du rapport « Renforcer l’action de la France dans la protection du patrimoine du Moyen-Orient et le soutien au réseau éducatif des communautés chrétiennes de la région » ;

Benoit Bonnet, directeur de l’institut international de Saint Dominique à Rome.

Vidéo : « Un cours de religion à deux voix à l’école Saint Joseph de d’Apparition de Ramallah »

Vidéo : «  Ali Qleibo, un anthropologue musulman face aux fresques de l’église des Templiers d’Abu Ghosh », anthropologue, écrivain, artiste

2ème conversation : l’ouverture
La tradition à l’épreuve de la modernité : dialogue à travers des initiatives d’ouverture intellectuelle des religions
20h30 (heure de Rome) / 21h30 (heure de Jérusalem)

La tradition est en quelque sorte le lien mystérieux entre ciel et terre auquel le croyant adhère pour en partager la force et la fragilité dans une communauté. Il faut donc transmettre de génération en génération pour maintenir la flamme vive des origines. C’est communément le rôle, entre autres, des rituels, des célébrations, des rassemblements, de la liturgie… Peut-on transmettre, inventer toujours à nouveau sans prendre le risque de trahir ? L’enjeu du numérique, entre autres, dans le temps actuel est de cet ordre. Cette interrogation, vive, légitime et nécessaire, ne doit pas faire peur mais susciter un réel renouveau de la tradition qui n’est tradition que si elle risque l’origine vive de la religion au défi des temps nouveaux.

Modération : Luc Pareydt, conseiller aux affaires religieuses du Consulat général de France à Jérusalem
Intervenants:

Jean-Jacques Pérennes, directeur de l’Ecole biblique et archéologique française ;

Ghaleb Bencheikh, président de la Fondation de l’islam de France ;

Pauline Bebe, rabbin de la Communauté juive libérale de France ;

Laurent Basanese, Directeur du centre d’études interreligieuses de l’Université pontificale grégorienne.

Vidéo : « Les domaines nationaux français de Jérusalem »